European Network against privatization and commercialization of Health and Social protection
You are here : Home » To deepen » Health care systems » SITUATION DU SYSTEME SANITAIRE ET PROPOSITIONS POUR UN GOUVERNEMENT DE (...)

SITUATION DU SYSTEME SANITAIRE ET PROPOSITIONS POUR UN GOUVERNEMENT DE PODEMOS

D 21 April 2015    


Introduction

Le démantèlement du système sanitaire national espagnol (SNS) a été dû surtout à la réduction des budgets et aux privatisations.

Entre 2009 et 2013 - selon les chiffres du Contrôleur Général de l’Administration d’Etat (IGAE-1) - les dépenses de santé publique ont été coupées de 9.933.000€. En 2013, ont été dépensés 63.006 millions. Une dépense qui représentait, en 2009, 6,7% du PIB et qui est passé à 6% en 2013.

En échange de renflouer les banques de 40.000 millions d’euros, le gouvernement conservateur du Parti Populaire (PP), s’était engagé à amener ces dépenses jusqu’au 5,4% en 2016. L’accord comprenait une modification de l’Article 135 de la Constitution, donnant la priorité au paiement de la dette en détriment de l’investissement dans les services publics.

Les privatisations ne sont pas quelque chose nouvelle, elles ont été appliquées à partir des années 90 avec le développement des politiques néolibérales et des plans économiques lancés par l’Union européenne pour parvenir à la stabilité financière ; ceci a provoqué des réductions très significatives dans le budget des dépenses publiques sanitaires. D’autre part, ces politiques ont promu la commercialisation et la privatisation des secteurs les plus rentables des systèmes de santé.

C’est la raison pour laquelle nombreuses entreprises de construction, des groupes financiers, compagnies d’assurance et des fonds de capital-risque ont pris la main sur la gestion de nombreux hôpitaux publics. Ainsi, outre les maigres budgets, une partie de cet argent a été alloué au profit de sociétés privées, ce qui a occasionné inévitablement une baisse de la qualité des soins ainsi que la détérioration des conditions de travail des professionnels de la santé.

CONSEQUENCES POUR LES SOINS ET LA SANTÉ.

Il faut garder à l’esprit que les compressions budgétaires sur le système sanitaire ont été mises en œuvre au même temps que d’autres politiques d’austérité dans le contexte d’une crise générale et de ce fait, les coupures au niveau de la santé sont plus dramatiques. Il faudra des années pour connaître vraiment l’impact réel sur la santé de la population, résultat du démantèlement des services publics, mais nous pouvons déjà constater comment la situation a empiré:

- Exclusion d’environ 873 000 personnes, qui n’ont plus accès aux soins du fait d’une loi adoptée par le PP (RDL 16/2012). Pour la plupart il s’agit des immigrants sans résidence légale.

- Quotes-parts: avant cette loi, les retraités ne payaient pas les médicaments. Maintenant, ils doivent payer en fonction de leurs revenus. Ainsi, 20,39% des retraités et 25,92% des chômeurs ne prennent pas les médicaments établis sur ses ordonnances car ils ne peuvent pas se permettre son achat. Egalement, il faut considérer que plus de 400 médicaments ne sont plus financés par la sécurité sociale, donc c’est une dépense supplémentaire pour le porte-monnaie du malade.

- Diminution du personnel du Système national sanitaire. Au cours des quatre dernières années, sur un total de plus de 600 000 professionnelles, 53 000 professionnels de la santé ont été licenciés. Ceci a provoqué des très longues listes d’attente pour des examens de diagnostique et pour des interventions chirurgicales.

- Fermeture de lits dans les hôpitaux publics ainsi que des services sous-utilisés aussi bien pour un manque de personnel que parce que les malades sont envoyés dans des hôpitaux privés.

- Les sondages nationaux sur la santé indiquent que la population adulte perçoit une baisse de son état de santé depuis 2010 (INE). Il y a eu une augmentation du taux de consultations en soins primaires pour des troubles de l’humeur, de l’anxiété, une somatisation plus importante et une augmentation de la consommation d’alcool, le tout en rapport au chômage personnel ou familier, ainsi que pour les difficultés à payer les hypothèques, les saisies, etc.

- Augmentation de la mortalité: il est passé de 809 personnes par 100 000 décès en 2010 à 828, en 2013.

- Augmentation des suicides: ils sont passés de 6,7 suicides par 100 000 habitants en 2010 à 8,2 suicides en 2013.

PROPOSITIONS DE PODEMOS

Le programme de PODEMOS vise un changement de la réalité qui sera créateur de santé

- Élaboration d’un Plan sanitaire intégré qui détermine les objectifs et les priorités en matière de santé pour réduire les inégalités.

- Audit de la dette sanitaire

- Abrogation de l’art. 135 de la Constitution

Créer la santé en changeant la realité:

- « La santé dans toutes les politiques » dans un cadre d’action sur les déterminants sociaux de la santé, de l’emploi, du logement, de l’éducation, de l’environnement, etc. Une planification de réduction des inégalités qui prenne en considération le sexe.

- Un modèle axé sur la collectivité participative.

- Garantir le droit à la santé et à l’égalité.

- Assurer ce droit dans le Traité Transatlantique du Commerce et de l’Investissement (TTIP).

Caractéristiques du Système national sanitaire:

Universalité: des soins pour toutes les personnes habitant en Espagne, sans exception.

Financement: public par le biais des impôts directs (budgets de l’Etat), avec l’augmentation des budgets en fonction des besoins sanitaires. Abrogation des quotes-parts.

Gestion et prestation de services de santé publique: c’est à dire, pas d’interposition des entreprises privées. Réversion des tous les centres et services privatisés.

Participation des professionnels et des citoyens, avec prise de décision, à tous les niveaux du système national sanitaire.

Réouverture de centres publics communautaires de santé mentale avec un financement adéquat pour les processus de réadaptation et d’intégration efficace.

Coordination entre les soins sanitaires et la protection sociale, en proportion au besoin de la population, selon ses caractéristiques démographiques (promotion des stratégies des soins aux patients chroniques et vulnérables).

Plan de ressources humaines pour adapter le nombre de professionnels aux besoins sanitaires de la population. Stabilité de l’emploi et amélioration des conditions de travail.

Agence d’évaluation des médicaments et de biotechnologie indépendante. Régulation des conflits d’intérêts.

Donner la priorité à la recherche biomédicale et aux services de santé dans les centres publics, et orientée aux besoins sanitaires.

Organisation du Système National Sanitaire

Avec une organisation démocratique, efficace et efficiente.

Transparence dans la gestion des comptes.

Un modèle qui pivote dans les Premiers Soins, la promotion et la prévention. Il sera coordonné avec les soins spécialisés, la santé publique et les services sociaux pour assurer la continuité des soins, également, la mise en oeuvre nécessaire et le développement de la dépendance et l’autonomie du patient.

Garantir les droits des personnes
Droit à la santé.

Droit au respect de l’autonomie et de la liberté individuelle.

Le droit des femmes à décider librement une interruption de grossesse et pouvoir la faire dans le cadre de la santé publique.

Le droit à une mort digne et sans acharnement thérapeutique.

Droit à la confidentialité des données personnelles

Carmen San José Pérez
carmen@sanjoseperez.es
PODEMOS_Madrid
Mars 2015

Also in this section

8 October 2014 – Public-Private Partnerships

Search

December 2019 :

Nothing for this month

November 2019 | January 2020